Menu

S’inscrire à l’infolettre

Le succès de Nature-Action Québec repose sur la force de notre équipe. Plus de 100 professionnels dévoués à la protection de l’environnement qui ont choisi d’œuvrer au sein d’un organisme à but non lucratif, dont ils partagent les valeurs et l’engagement. Chaque année, près de 350 projets environnementaux y sont réalisés.

 

Nous joindre

Pourquoi est-il si important de protéger les abeilles ?

Les abeilles, tout comme les autres insectes et animaux pollinisateurs, assurent la reproduction des plantes à fleurs par le biais de la pollinisation. C’est environ 75 % de la production mondiale de nourriture qui dépend de la pollinisation réalisée par ces insectes. Leur rôle est donc essentiel à notre survie, puisqu’ils contribuent à nourrir des milliards d’êtres humains sur Terre. De plus, en assurant la reproduction des plantes (entre 60 % et 90 % des plantes sauvages ont besoin des insectes pollinisateurs pour se reproduire), les abeilles participent au maintien de la biodiversité et de l’équilibre des écosystèmes. Bon nombre de rongeurs, reptiles, amphibiens, oiseaux et mammifères n’existeraient plus sans leur présence.

 

Un déclin très préoccupant

Les abeilles, sauvages comme domestiques, sont en déclin partout sur la planète. Des pertes importantes sont recensées depuis une quinzaine d’années. Chez celles qui sont domestiques, c’est-à-dire les abeilles à miel, la situation est dramatique : les apiculteurs perdent en moyenne 25 % de leurs agents pollinisateurs à chaque année. Au Canada, l’Ontario est la province la plus touchée avec des pertes qui s’élevaient à 58 % des individus en 2014. Le Québec est également victime de cette catastrophe planétaire, la mortalité des abeilles y est de deux à trois fois plus élevée qu’auparavant. Plusieurs éléments sont en cause : le réchauffement climatique entraînant, entre autres, de nouveaux virus et agents pathogènes, la perte d’habitats en raison des monocultures, l’utilisation de pesticides (en particulier les fameux néonicotinoïdes surnommés les pesticides « tueurs d’abeilles » qui sont cent fois plus toxiques que d’autres insecticides et actuellement les plus vendus dans le monde), etc.

 

Quoi faire pour aider les abeilles ?

Même si la situation est alarmante, il est encore temps d’agir pour protéger les abeilles. Des pratiques simples peuvent être adoptées au quotidien et avoir un réel impact sur le maintien des populations d’abeilles et de pollinisateurs.

 

  • Mieux consommer en encourageant une agriculture bio et écologique : Les aliments issus de l’agriculture traditionnelle proviennent de monocultures et d’utilisation de pesticides. Vous pouvez donc privilégier les petits producteurs locaux, à travers les paniers bio par exemple. Encourager l’agriculture biologique est un excellent moyen de préserver la santé des pollinisateurs.

 

  • Éviter l’utilisation de pesticides (néonicotinoïdes) dans vos jardins : Les néonicotinoïdes sont systémiques (c’est-à-dire présents dans toutes les parties des plantes), on les retrouve donc dans les fleurs. Ils sont solubles et se diffusent dans nos cours d’eau. En achetant des semences biologiques et en évitant l’utilisation de produits chimiques dans vos jardins, vous participez directement à réduire le taux de mortalité des abeilles.

 

  • Préserver les habitats existants : L’urbanisation et l’agriculture intensive entraînent la fragmentation et la perte des habitats des pollinisateurs provoquant une diminution des ressources alimentaires et des sites de nidification. Laisser un bout de son terrain en friche permet à une variété de plantes indigènes de s’établir créant ainsi une petite prairie fleurie pour les pollinisateurs.

 

  • Construire un abreuvoir pour les pollinisateurs : Comme les autres êtres vivants, les abeilles ont aussi besoin de consommer de l’eau fraîche. Il est possible de créer des abreuvoirs sécuritaires pour les abeilles (avec des flotteurs comme des roches, bouchons de liège, etc.) ou de laisser en tout temps des objets flottants dans votre piscine pour éviter que les insectes ne se noient.

 

  • Sensibiliser les personnes autour de vous aide grandement à faire connaître les enjeux liés aux pollinisateurs ainsi que les actions qui peuvent être mises en place. Vous pouvez également signer les pétitions lancées par certains groupes environnementaux contre l’utilisation des néonicotinoïdes et écrire des lettres à vos élus ou aux gouvernements en place.

 

  • Finalement, planter des végétaux indigènes mellifères (riches en pollen et nectar) est également une excellente façon de venir en aide aux abeilles et aux pollinisateurs. Pour ce faire, il est préférable de prioriser des plantes vivaces, de disposer les plantes en massif ou petit bosquet et de varier les espèces dans le but d’obtenir une floraison continue pendant les mois d’activité des abeilles, soit d’avril à octobre. Il est préférable d’opter pour des végétaux riches en nectar, tel que l’agastache, la verge d’or et l’eupatoire. Bien que jolies et odorantes, les fleurs telles que les roses ou les pivoines ne contiennent pas beaucoup de nectar. Une liste de plantes propices aux pollinisateurs est disponible ici. Vous pouvez également laisser pousser votre pelouse ou la remplacer par du gazon sauvage (composé de trèfle et de fleurs sauvages).

 

Cet article est signé par Juliette Duranleau, biologiste et chargée de projets chez Nature-Action Québec.