Menu

S’inscrire à l’infolettre

Le succès de Nature-Action Québec repose sur la force de notre équipe. Plus de 100 professionnels dévoués à la protection de l’environnement qui ont choisi d’œuvrer au sein d’un organisme à but non lucratif, dont ils partagent les valeurs et l’engagement. Chaque année, près de 350 projets environnementaux y sont réalisés.

 

Nous joindre

Plus que jamais préoccupés par le sort des collines montérégiennes : Les organismes de conservation font front commun pour demander un plan d’action

Rougemont, le 14 septembre 2021 – Les collines montérégiennes marquent le paysage de la région métropolitaine, de la Montérégie et de l’Estrie et font partie du quotidien de plus du tiers des Québécois.es. Or, les défis rattachés à leur protection et leur mise en valeur demeurent nombreux. Pour faire progresser le dossier, neuf (9) organismes de conservation s’unissent en créant une coalition pour que leurs préoccupations quant au sort des collines montérégiennes soient portées d’une même voix auprès des instances municipales et gouvernementales. La Coalition souhaite relancer les efforts de concertation et accélérer l’élaboration d’un plan d’action régional qui sera accompagné de mesures au plan réglementaire et financier. Dix ans après le dépôt d’un
diagnostic portant sur l’état des Montérégiennes, la création d’un groupe de travail à la Communauté métropolitaine de Montréal annoncée en août 2021 donne espoir à la Coalition de réaliser des gains significatifs d’ici 2025.

 

Des préoccupations communes dirigées vers plus d’une trentaine d’acteurs publics

La Coalition interpelle 22 municipalités, 9 MRC, 2 agglomérations, la CMM et les gouvernements provincial et fédéral pour assurer la pérennité des collines Montérégiennes qui se résume en cinq grandes actions : la protection, l’accessibilité, la connectivité, la reconnaissance et le soutien des collines montérégiennes .

 

PROTÉGÉES
● Assurer la protection légale à perpétuité des collines Montérégiennes
● Assurer l’intégration des Montérégiennes dans tous les documents de planification et les outils d’aménagement du territoire

 

CONNECTÉES
● Assurer la connectivité entre les collines Montérégiennes et les massifs forestiers par des liens naturels

 

ACCESSIBLES
● Permettre l’accès et les usages de détente, récréation et ressourcement dans les limites qui permettent de protéger la biodiversité

 

RECONNUES
● Faire valoir l’image identitaire des Montérégiennes comme « ensemble » ;
● Faire reconnaître la valeur identitaire de ce patrimoine collectif (naturel, historique, culturel et paysager)

 

SOUTENUES
● Développer du financement et des outils adaptés à chacune des Montérégiennes pour soutenir les actions et mission de conservation

 

Une pression accentuée sur des milieux emblématiques

Les membres de la coalition constatent une hausse marquée de l’achalandage et une croissance du développement des collines montérégiennes qui, combinées aux impacts des changements climatiques, contribuent à l’accélération de la dégradation de leurs milieux naturels. Préoccupée par la situation, la Coalition rappelle l’urgence de collaborer et d’agir pour identifier et mettre en oeuvre les bons outils ainsi que le financement adaptés à chacune d’elles pour reconnaître leur importance et réaliser des actions primordiales visant à protéger, restaurer et connecter ces milieux naturels essentiels pour le bien-être de la collectivité.

 

Les Montérégiennes forment un ensemble de collines uniques au Québec. « Chacune de ces collines représente un élément identitaire fort du paysage. Sur le plan écologique, les montérégiennes constituent des îlots de biodiversité et des maillons essentiels pour la connectivité et la résilience des communautés des Basses-Terres du Saint-Laurent. Il faut dès aujourd’hui les protéger, les restaurer et les connecter. » précise Geneviève Poirier, responsable de l’engagement des communautés du Centre de la Nature du mont Saint-Hilaire.

 

« La région de l’Estrie possède un riche capital naturel et un patrimoine paysager distinctifs. Sans un développement planifié adéquatement et une utilisation durable des ressources naturelles, ces richesses sont menacées. Ensemble, nous pouvons travailler à la conservation des milieux naturels d’intérêt écologique. » ajoute Stéphane Tanguay, directeur, Nature Cantons-de-L’Est.

 

« Les changements climatiques et la croissance démographique créent des pressions considérables sur les écosystèmes, il s’avère donc primordial d’agir pour préserver notre patrimoine collectif naturel pour le bénéfice de nos communautés et des générations futures. La Société de conservation du Mont Brome joint sa voix à la coalition pour faire reconnaître l’importance des Montérégiennes et la nécessité de les protéger. » ajoute Camil Poulin, président, Société de conservation du Mont Brome.

 

« Les collines montérégiennes se situent sur un territoire occupé par plus du tiers de la population du Québec. Pour les communautés qui les voisinent, ce sont des milieux de vie indispensables à leur bien-être, remplis d’histoire et de patrimoine. » ajoute Hélène Panaïoti, directrice générale des Amis de la montagne.

 

 

Des milieux étudiés et des problématiques déjà bien identifiées

Dix ans se sont écoulés depuis la collaboration des organismes de conservation à l’élaboration d’un Diagnostic identifiant les enjeux relatifs à la protection et à la mise en valeur des collines montérégiennes1. Selon Pascal Bigras, directeur général de Nature-Action Québec, « ce diagnostic est toujours d’actualité. La nécessité de limiter les usages incompatibles avec la mise en valeur des Montérégiennes demeure et le besoin d’encadrement des interventions au moyen d’une réglementation, de normes, de programmes d’éducation et de mécanismes de concertation2 est manifeste. »

 

 

Un appel à l’action et à la concertation
En 2016, les participants aux Assises, organisées par la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Montérégie-Est avaient identifié l’importance de produire un plan d’action conjoint s’inscrivant dans une vision commune3 pour les Montérégiennes.

 

Cinq ans plus tard, les organismes de conservation sont toujours en attente de ce plan d’action conjoint. Pour Bryan Osborne, vice-président de la Fondation du Mont-Saint-Bruno, « ce regroupement d’organismes constitue une riche source de connaissances pertinentes aux discussions et à la planification des projets de conservation et de connectivité.»

 

Comme gestionnaires et acteurs sur le territoire dont certains depuis plus de cinq décennies, les membres de la coalition lancent un appel auprès de tous les intervenants pour que soient posées dès maintenant des actions concrètes et concertées. Des démarches ont été entreprises pour inclure d’autres acteurs de la conservation qui oeuvrent sur le territoire montérégien qui comprend entre autres les collines d’Oka et de Rigaud, lesquelles connaissent des problématiques semblables. « Nous sommes plus que jamais préoccupés par les pressions accrues du développement résidentiel et par l’impact des activités récréatives qui sont de plus en plus intensives » souligne Michelle Durand, administratrice de CIME Haut-Richelieu.

 

« Chaque organisme surveille de près son territoire et travaille à réaliser des gains au niveau local pour assurer la protection de nos milieux les plus sensibles. Mais une véritable protection doit tenir compte de ce qu’il adviendra sur un horizon à très long terme. Prendre parole de manière regroupée nous permet de rejoindre la population et les décideurs publics et que ces derniers entérinent des statuts particuliers et permanents de protection. », souligne Pierre Pontbriand, coordonnateur, Association du mont Rougemont.

 

« Les collines montérégiennes ont une grande valeur écologique et constituent un élément du patrimoine du Québec qu’il est important de préserver. Travailler collectivement permettra d’accroître la conservation de ce milieu naturel unique et d’en protéger nos espèces rares et menacées. Ensemble, nous pouvons créer un patrimoine pour les générations futures. », conclut Julien Poisson, Directeur de programmes, Sud du Québec, Conservation de la nature Canada

 

La coalition salue la récente décision de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)4 de créer un groupe de travail visant la reconnaissance et la protection des collines montérégiennes et propose d’y participer activement. L’intention de la coalition est de s’assurer que des outils et qu’un financement substantiel soient déployés pour les cinq prochaines années afin de soutenir les objectifs de protection adaptés à chacune des collines, et ce, avec une vision d’ensemble du paysage montérégien.

 

————————-

 

À propos des organismes à la base de la coalition

Les organismes sont : Association du Mont Rougemont, Centre de la Nature du mont Saint-Hilaire, CIME Haut-Richelieu, Conservation de la nature, La Fondation du Mont Saint-Bruno, Les amis de la montagne, Nature-Action Québec, Nature Cantons-de-l’Est, Société de conservation du Mont Brome.

 

Les acteurs de la conservation oeuvrant à la conservation et la mise en valeur du mont Rigaud et des collines d’Oka sont invités à se joindre à la Coalition. Les richesses de biodiversité que recèlent ces deux territoires et les problématiques rencontrées sont les mêmes que pour les collines montérégiennes.

 

Les collines au-delà de la formation géologique
Pour la coalition, la protection et la connectivité des collines comprend les Montérégiennes qui marquent la plaine du Saint-Laurent et de l’Estrie – soit les monts Royal, Saint-Bruno, Saint-Hilaire, Saint-Grégoire, Rougemont, Yamaska, Shefford, Brome, Mégantic, les collines d’Oka et Rigaud. Toutes partagent une biodiversité exceptionnelle et menacée.

 

– 30 –

Renseignements média :
Olivier Lapierre
olivier.olpr@gmail.com
cellulaire : 514-583-3868

 

Les membres de la Coalition sont disponibles pour des entrevues :

Mont Royal
Maryline Charbonneau, directrice des Affaires publiques, Les amis de la montagne
mcharbonneau@lemontroyal.qc.ca / tél. : (514) 402-8297

 

Mont Saint-Bruno
Tanya Handa, présidente, Fondation du Mont-Saint-Bruno
tanya.handa@gmail.com / cell : 514-549-0775

Bryan Osborne, vice-président, Fondation du Mont-Saint-Bruno
bryan.osborne@videotron.ca / tél. : 450-441-7910
Partenaire : Nature-Action Québec – Pascal Bigras pascal.bigras@nature-action.qc.ca

 

Mont Saint-Hilaire
Geneviève Poirier-Ghys, responsable de l’engagement des communautés, Centre de la Nature du mont Saint-Hilaire.
genevieve@centrenature.qc.ca / tél. : 450-876-3859 / cell : 514-686-0473

 

Mont Saint-Grégoire
Michelle Durand, administratrice, Centre d’interprétation du milieu écologique du Haut-Richelieu (CIME)
m.durand@cimehautrichelieu.qc.ca / tél. : 514-717-6446

 

Mont Rougemont
Pierre Pontbriand, coordonnateur, Association du mont Rougemont
info@montrougemont.org / tél. : 450-779-2725

Chrystiane Colette, présidente, Association du mont Rougemont
Chrystiane.colette@live.ca / Cell : 514-944-6652
Partenaire : Nature-Action Québec – Pascal Bigras pascal.bigras@nature-action.qc.ca

 

Mont Yamaska
Pascal Bigras, directeur général, Nature-Action Québec
Pascal.bigras@nature-action.qc.ca / tél: 450-536-0422 poste 225 ou cell. 514-241-8222

 

Mont Shefford
Julien Poisson, Directeur de programmes, Sud du Québec, Conservation de la nature Canada
Julien.poisson@natureconservancy.ca / tél. : 514 876-1606, poste #6237

 

Mont Brome
Mélanie Rheault, vice-présidente, Société de conservation du Mont Brome
mel_rheault@hotmail.com / Cell : 514-894-2686

 

Mont Mégantic
Stéphane Tanguay, directeur, Nature Cantons-de-L’Est
directeur@naturecantonsdelest.ca / tél. : (819) 566-5600 / Cellulaire : (514) 554-1205

 

Également disponibles pour des entrevues :
Louise Gratton, présidente, Nature Québec
louisegratton@jeangaudet.ca / tél. : (450) 242-3555 Cell : 450-776-8496

Marilou Deschênes, coordonnatrice des programmes et du financement, Éco-corridors laurentiens
marilou.deschenes@ecocorridorslaurentiens.org / tél. : 450-565-2987 poste 21

 

 

Crédit photo : Air Imex Ltée

 

[1] Diagnostic et identification des enjeux relatifs à la protection des collines montérégiennes. CRÉ Montérégie Est. 2012. http://www.lesmonteregiennes.ca/diagnostic.pdf

[2] Diagnostic p. 93

[3] Diagnostic p. 97

[4] La CMM approuve la création d’un groupe de travail sur les collines montérégiennes et d’Oka