Menu
 

Infos pratiques

À la recherche des champignons sur les propriétés de NAQ

Cette année, par le biais d’un financement du Projet de partenariat pour les milieux naturels (PPMN), NAQ a demandé au Cercle des mycologues de Montréal de faire un inventaire des espèces de champignons présentes sur quelques-unes de ses propriétés protégées.

 

Armés de loupes, de guides d’identification et de leurs connaissances pointues, une dizaine de bénévoles aguerris et accompagnés des biologistes de NAQ ont parcouru les milieux naturels au bois du mont Saint-Bruno et au mont Yamaska à la recherche de ces fascinantes petites créatures.

 

Ni animaux, ni végétaux, les champignons font partie du règne des « fungi ». Ces êtres vivants particuliers forment un groupe très diversifié, avec des organismes microscopiques tels que les levures et les moisissures, ou encore les « champignons supérieurs » qui sont munis d’un pied et d’un chapeau.

 

Parfois parasites, parfois symbiotiques ou décomposeurs, les champignons ont un rôle essentiel pour le maintien et le bon fonctionnement des écosystèmes.

 

 

Un petit être vivant fascinant

 

Voici quelques exemples des spécimens découverts par nos spécialistes : admirez leurs formes et couleurs variées!*

 

Chlorociboria aeruginascens

Saprotrophe sur bois décortiqué et pourri colorant parfois le bois de bleu-vert

 

 

Flammulaster erinaceellus

Saprotrophe sur bois pourrissant de feuillus, non comestible

 

 

Galerina marginata

Saprotrophe, près ou sur bois pourri de feuillus ou de conifères, toxique mortelle

 

 

Austroboletus gracilis

Mycorhizien, sur sol des hêtraies et des prucheraies, parfois sur billes et souches pourrissantes

 

 

Grace à ces inventaires, qui se poursuivront en 2022, les connaissances de NAQ par rapport aux espèces vivantes présentes sur ses propriétés seront plus complètes et permettront d’améliorer encore plus la gestion des milieux naturels protégés, et ce, pour le bénéfice de tous!

 

 

Remerciements

 

NAQ tient à remercier le Cercle des mycologues de Montréal pour sa disponibilité et le partage de connaissances et de savoir-faire.

 

Nous remercions aussi le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, pour les fonds ayant permis de réaliser ces inventaires. Il a en effet accordé une subvention de plus de 53 millions de dollars échelonnée sur quatre ans à Conservation de la nature Canada (CNC) afin d’appuyer financièrement le PPMN. Le PPMN prévoit, par l’établissement de partenariats financiers avec les organismes de conservation de la province, un soutien à la réalisation d’initiatives de conservation volontaire en vue d’assurer la protection de milieux naturels d’intérêt. Le PPMN vise ainsi à développer et à consolider le réseau québécois d’aires protégées situées en terres privées.

 

Pour en savoir plus sur le PPMN visitez notre page web sur le sujet.

 

*Toutes les photos contenues dans cet article sont une gracieuseté de Gwennaël Cartier.

 



Merci !


Nous avons bien reçu votre inscription.