Menu

S’inscrire à l’infolettre

Le succès de Nature-Action Québec repose sur la force de notre équipe. Plus de 100 professionnels dévoués à la protection de l’environnement qui ont choisi d’œuvrer au sein d’un organisme à but non lucratif, dont ils partagent les valeurs et l’engagement. Chaque année, près de 350 projets environnementaux y sont réalisés.

 

Nous joindre

Osez le vermicompostage

Vous souhaitez récupérer et revaloriser vos résidus alimentaires et ainsi diminuer la quantité de résidus alimentaires envoyés à l’enfouissement, mais l’espace pour avoir un composteur de jardin vous manque mais vous souhaitez? Le vermicompostage (aussi appelé lombricompostage) pourrait bien être la solution idéale pour vous.

 

Le vermicompostage c’est quoi?

Le vermicompostage est une méthode de compostage faisant appel à l’activité des vers rouges pour décomposer la matière organique. Il faut utiliser des vers rouges ou vers à truite (Esenia foetida), à ne pas confondre avec les vers de terre qu’on retrouve dans nos jardins. Cette technique consiste à utiliser, à l’intérieur de la maison un bac rempli de ces petits vers rouges pour décomposer les restes de table.  Les vers rouges étant très gourmand, ils mangent et digèrent en un jour leur propre poids en déchets. Ils produisent un compost très riche en 2 à 3 mois.

 

Pourquoi faire du vermicompostage?

En compostant, vous pouvez réduire jusqu‘à 30% le volume de déchets retrouvés dans les ordures ménagères. Vous contribuez ainsi à une meilleure gestion des déchets domestiques. De plus, vous produisez un amendement d’excellente qualité pour le sol qui améliorera la croissance des légumes, des fleurs, de la pelouse et des arbres sans vous coûter un sou. Occupant beaucoup moins d’espace qu’un composteur domestique, il offre aussi l’avantage de rester fonctionnel durant l’hiver.

Il est possible de trouver des kits clés en main de vermicompostage, vous pouvez également facilement construire votre propre vermicomposteur à partir d’un bac de rangement en plastique opaque muni d’un couvercle.

Comment fabriquer un vermicomposteur ?

Pour une ou deux personnes, un contenant de plastique avec un couvercle semblable aux bacs à recyclage est l’idéal. C’est la surface qui compte et non pas la hauteur. Prévoir 0,3m² (1 pied carré) pour 450gr (1lb) de déchets produits quotidiennement. Il faut généralement un contenant peu haut mais d’une grande superficie. Compter pour une famille de 2 à 6 personnes, une boîte à compost aux dimensions suivantes: 60 x 40 x 27 cm. Une boite en plastique fera l’affaire ou vous pouvez fabriquer une boite en bois.

4. Afin d’accueillir votre colonie de vers, il faut préparer une litière composée de vieux terreau à plante, d’une poignée de sable, de papier journal déchiqueté, de sciures de bois ou de feuilles mortes. Ensuite, mélanger de l’eau à la litière jusqu’à ce qu’elle devienne humide comme une éponge tordue mais non détrempée.

 

5. Recouvrir régulièrement vos résidus alimentaires de nouvelle litière afin de limiter la présence de mouches à fruits et de maximiser l’apport en matières carbonées (le plus souvent brunes et sèches), lesquelles sont essentielles la production d’un bon compost.

 

6. Ajouter les vers rouges à la litière, prévoir 500 gr (500 à 1000 vers) pour 1 à 2 personnes. Différents organismes ou entreprises offrent les vers Eisenia foetida : 500 grammes de vers représentent une quantité intéressante pour commencer. Le site Internet Espace pour la vie vous permettra de trouver une liste de fournisseurs.

 

7. Introduire les déchets de table 2 fois par semaine dans la litière en faisant une rotation des sites d’enfouissement.

 

8. Récolter le compost après 2 à 34 mois ou lorsque tout le contenu du vermicomposteur ressemble à de la terre noire.

Les matières organiques de base

Les vers rouges mangent à peu près tous les restes de nourriture, pré ou post cuisson, coupés en petits morceaux. Il est aussi recommandé d’ajouter des coquilles d’œufs réduites en poudre dans le vermicompost pour en contrôler l’acidité.

 

Les matières à éviter

Certaines matières organiques peuvent créer des problèmes dans le vermicomposteur, il faut donc éviter d’y déposer des produits laitiers, des corps gras, ainsi que des restes de viande et de poisson.

 

L’entretien

Assurez-vous que les résidus sont toujours recouverts de litière afin d’éviter l’apparition de mouches à fruits. Une fois les matières organiques bien recouvertes (on ne voit aucun déchet en surface), les vers s’occuperont du reste. On doit prévoir un couvercle pour le bac car les vers n’aiment pas la lumière. Ils préfèrent une température variant entre 4° et 27° C, donc entrer le vermicomposteur à l’intérieur s’il fait trop froid ou trop chaud.

Problèmes et solutions

Symptômes

Situation

Solutions

Mouches à fruits (Drosophiles)Les matières organiques ne sont pas bien enfouies dans la litière.Bien recouvrir les matières organiques sous une bonne couche de litière. - Ajouter de la litière au besoin.
Eau dans le fond - Litière trop humide (mouillée); - Les déchets (matières organiques) introduits sont trop humides; - Trop de déchets.- retirer ou entrouvrir le couvercle périodiquement; - Faire sécher les matières mouillées (sac de thé, marc de café, etc.) avant de les introduire; - Ajouter de la litière sèche dans le fond; - Retirer l’excédent d’eau.
Litière trop sèche- Vermicomposteur resté découvert ou entrouvert trop longtemps.- Remettre le couvercle; - Ajouter de l’eau ou des matières mouillées.
Mauvaise odeur- Déchets non recouverts; - Litière trop humide (mouillée); - Système surchargé.- Équilibrer l’humidité. (voir ci-haut); - Ajouter de la terre ou du compost de jardin; - Bien recouvrir les matières organiques.
Vers qui s’échappent (très rare)- Choc initial du nouvel habitat; - Une vibration se fait sentir (tel que, moteur de congélateur).- Laisser à découvert un à deux jours et éclairer avec une lumière (les vers n’aiment pas la lumière et chercheront refuge dans la litière); - Vérifier d’où provient la source de vibration et éloigner le vermicomposteur de cet endroit.