Menu
 

Infos pratiques

Le lièvre d’Amérique : saurez-vous le repérer?

Le lièvre d’Amérique est un mammifère commun et complètement adapté au climat nord-américain. Il est ainsi actif toute l’année. Une de ses adaptations est le changement de couleur de son pelage, qui passe du brun pendant la saison estivale au blanc comme neige pendant l’hiver. La mue se fait au printemps et à l’automne.

 

Ses grandes pattes arrière, un peu comme des raquettes, lui permettent de se déplacer aisément dans la neige. Le lièvre d’Amérique modifie aussi son alimentation selon la saison : il s’alimente surtout de plantes et de champignons pendant l’été tandis que l’hiver il peut se nourrir de bourgeons, de ramilles et même d’écorce.

 

Traces d’un lièvre dans la neige. Photo : iNaturalist.org
Un lièvre arborant son pelage hivernal. Photo : iNaturalist.org

On peut repérer le lièvre surtout au crépuscule, pendant la nuit ou à l’aube, mais étant de tempérament nerveux et pouvant se déplacer très rapidement, il est parfois difficile à apercevoir. Il est souvent confondu avec le lapin à queue blanche, qui est plus facile à observer, puisqu’il se trouve parfois même sur les terrains résidentiels en banlieue.

 

En ce qui concerne sa répartition géographique, on retrouve le lièvre d’Amérique sur un vaste territoire, de l’océan Arctique à la Caroline du Nord. Il vit dans toutes les provinces du Canada. Il apprécie la forêt boréale, mais aussi les jeunes boisés, par exemple les zones où la nature reprend vie à la suite d’un incendie de forêt.

 

Répartition du lièvre d’Amérique. Source : Fédération canadienne de la faune

 

Ses particularités

Les populations de lièvres d’Amérique connaissent une démographie cyclique, sur une période de 10 ans. Ces cycles sont très réguliers et observés depuis plus de 200 ans! Dans les pics de population, on peut parfois compter plus de 500 à 600 lièvres par kilomètre carré (source : Fédération canadienne de la faune). Il faut savoir que ce mammifère peut se reproduire rapidement, en ayant jusqu’à 4 portées par année. Le lièvre est aussi très rapide : il peut atteindre des vitesses de 45 km/h et bondir sur une distance allant jusqu’à 3 mètres!

 

Finalement, le lièvre d’Amérique se distingue par ses oreilles plus courtes que les autres lièvres. Les longues oreilles sont utilisées par certaines espèces de zones plus chaudes afin de se rafraîchir. Plus précisément, leurs longues oreilles comptent plusieurs veines et peu de poil, ce qui permet de refroidir le sang y circulant au contact du vent. Puisque le lièvre d’Amérique vit dans un climat plus frais, il n’a pas besoin de cette « technologie de pointe »!

 

La principale menace pour les populations de lièvres d’Amérique est la prédation, notamment par le lynx et le renard, ainsi que les nombreuses maladies et bactéries qui peuvent affecter le lièvre. Pour ces raisons, l’animal vit rarement plus de 5 ans. Puisqu’il est abondant, le lièvre est une source d’alimentation importante pour plusieurs prédateurs et il constitue donc un maillon important dans le maintien de l’équilibre de la chaîne alimentaire en Amérique du Nord.

 

Comment distinguer lièvre et lapin?

Le lièvre d’Amérique et le lapin font tous deux partie de l’ordre des lagomorphes et de la famille des léporidés, ce qui fait d’eux des cousins. On les confond souvent, pourtant ils ont plusieurs différences.

 

Lapin à queue blanche. Photo : René Pelletier

 

  • Le lièvre a un pelage qui change de couleur alors que le lapin à queue blanche garde la même couleur brun grisâtre toute l’année.
  • Les lièvres d’Amérique ont le bout des oreilles noir.
  • Le lièvre est plus gros que le lapin et les pattes arrière du lièvre sont plus longues.
  • Les lapins ont des terriers, tandis que les lièvres vivent plutôt en forêt ou s’abritent sous des arbustes.
  • Le lièvre est beaucoup plus rapide que le lapin, cela étant notamment dû au fait que le cœur du lièvre est beaucoup plus gros que celui du lapin, ce qui l’aide à courir.

 

 

Gardez l’œil ouvert pour repérer le lièvre d’Amérique lors de vos balades et tenter de bien l’identifier!

 

 

Sources :

 

1. Zoo sauvage de Saint-Félicien. Lièvre d’Amérique, https://zoosauvage.org/animaux/lievre-damerique/

2. Fédération canadienne de la faune (Faune et flore du pays), Le lièvre d’Amérique, https://www.hww.ca/fr/faune/mammiferes/le-lievre-d-amerique.html

3. Conservation de la nature Canada, Lièvre d’Amérique, https://www.natureconservancy.ca/fr/nos-actions/ressources/especes-en-vedette/mammiferes/lievre-amerique.html

4. Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Lièvre d’Amérique, https://mffp.gouv.qc.ca/faune/chasse/gibiers/lievre-amerique.jsp