Menu
 

Infos pratiques

Une sortie en nature dans les Collines Montérégiennes

 

L’arrivée du printemps à nos portes signifie l’envie de mettre le bout du nez dehors et de respirer de l’air frais en nature! Parmi les innombrables activités de plein air, la randonnée pédestre est l’une des plus accessibles à tous et des plus populaires.

 

En plein cœur de la Montérégie, plusieurs collines se dressent au milieu des plaines. Ces monts font partie d’un groupe de 10 massifs rocheux que l’on nomme les Collines Montérégiennes. Ces collines sont alignées sur environ 250 km et selon un même axe, entre les municipalités d’Oka dans les Laurentides et Notre-Dame-des-Bois en Estrie. (source : coalitionmonteregiennes.ca). Elles sont de véritables trésors et oasis de nature au sein d’une région fortement urbanisée.

 

 

Découvrez 5 de ces destinations nature situées dans la grande région de Montréal, qui offrent chacune un réseau unique de sentiers pédestres.

 

 

1. Mont Royal

Mont Royal

Photo : PixupMtl

 

Le parc du Mont-Royal est un excellent choix pour s’immerger dans la nature sans même quitter la métropole. Plusieurs kilomètres de sentiers en forêt et au sommet sont à la disposition des usagers. Ce lieu emblématique, en plein cœur de Montréal, s’étend sur plus de 227 hectares et offre une richesse écologique et abrite une biodiversité remarquables pour la région montréalaise.

 

 

2. Mont Saint-Bruno

 

Les lacs du mont Saint-Bruno

Photo : Ville de Saint-Bruno-de-Montarville

 

Saviez-vous que le parc national du Mont-Saint-Bruno possède cinq lacs sur son territoire? Le sentier des Lacs offre l’opportunité de marcher une grande boucle près des lacs sur un trajet de 9 kilomètres. Ce sentier offre des vues magnifiques sur les milieux humides et la faune qui s’y abrite au printemps! Avec plus de 27 km de sentiers pédestres, les niveaux de difficulté sont notés de facile à intermédiaire.

 

 

3. Mont Saint-Hilaire

 

 

Reconnue comme étant la première réserve mondiale de la biosphère au Canada, la Réserve naturelle Gault, située au mont Saint-Hilaire, offre un réseau de sentiers de 25 kilomètres. Ces sentiers permettent de découvrir la richesse de sa forêt exceptionnelle, où plus de 185 espèces d’oiseaux, de mammifères et d’amphibiens y trouvent refuge. C’est à travers ses quatre sommets, qui dominent le Lac Hertel, que la réserve accueille les randonneurs de mars à novembre.

 

 

 

4. Mont Saint-Grégoire

 

Vue du mont Saint-Grégoire

Photo : Connexion Nature

 

Situé dans la plaine du Richelieu, le mont Saint-Grégoire compte parmi la quinzaine de boisés de plus de 200 hectares de la région. Son sommet dépasse ceux du mont Royal et du mont Saint-Bruno avec une altitude de 251 mètres. Il s’agit tout de même de la plus petite des Collines Montérégiennes. Escarpés et rocheux, les sentiers pédestres sont à emprunter avec le bon équipement. Ces trois types de forêts et ses espèces végétales en péril font de ce site un milieu reconnu comme étant une Réserve naturelle en milieu privé.

 

 

5. Mont Rougemont

 

Photo : Sentiers Jean-Baptiste-Jodoin

 

Ce mont s’étend sur plus de 30 km2 et abrite plus de 800 espèces végétales et 200 espèces animales dont une quarantaine sont considérées comme étant rares (source : coalitionmonteregiennes.ca).Le mont Rougemont est majoritairement privé et seul un sentier accessible via la Cidrerie Michel Jodoin permet d’y pratiquer la randonnée. Ce dernier offre un spectaculaire belvédère où l’on peut admirer la vue sur de nombreux vergers de la région. Il s’agit d’une boucle d’environ 3,6 km avec une élévation de 220 mètres qui est accessible de mai à octobre.

 

Plein air et conservation – Les bonnes pratiques à toujours garder en tête

 

Les Collines Montérégiennes sont situées dans le sud du Québec, une région du Québec très densément peuplée. Étant donné la forte pression que subissent ces sites, il est indispensable de se rappeler les bonnes pratiques à adopter dans une nature fragile, afin de maintenir les caractéristiques naturelles de ces milieux naturels précieux.

 

1. Au printemps, durant la période de dégel, il est important de respecter la signalisation sur les sites et les périodes de fermeture des sentiers.

 

2. En tout temps, il est essentiel de rester dans les sentiers aménagés pour éviter de perturber la faune et de détruire la végétation.

 

3. Il est important ne pas fréquenter les lieux de pratique non officiels, qui sont souvent en milieux privés.

 

4. Ramenez avec vous tout ce que vous apportez. Ne laissez aucune trace (sauf celles de vos bottes!) de votre passage.

 

Les Montérégiennes offrent des lieux exceptionnels en contact avec la nature à plus de la moitié de la population québécoise. Il est donc important de se rappeler qu’elles abritent une biodiversité exceptionnelle, mais qui est aussi menacée si nous n’en prenons pas bien soin.