Menu

S’inscrire à l’infolettre

Le succès de Nature-Action Québec repose sur la force de notre équipe. Plus de 100 professionnels dévoués à la protection de l’environnement qui ont choisi d’œuvrer au sein d’un organisme à but non lucratif, dont ils partagent les valeurs et l’engagement. Chaque année, près de 350 projets environnementaux y sont réalisés.

 

Nous joindre

Faune et flore

Agir pour maximiser la biodiversité en milieu agricole

Certaines régions du Québec ont un fort potentiel agricole. Les terres les plus fertiles se trouvent principalement dans le sud du Québec, où le climat est aussi le plus propice aux cultures. Le Centre-du-Québec (93 %), la Montérégie (86 %), l’Estrie (69 %) et Chaudière-Appalaches (67 %) sont les régions du Québec avec les plus grandes superficies agricoles. Malgré tout, seulement 2 % du territoire québécois est exploité pour l’agriculture (source : UPA). Ainsi, les terres fertiles sont souvent exploitées au maximum de leur capacité, ce qui crée dans plusieurs cas un risque pour l’équilibre de la biodiversité de ces milieux. En effet, ces terres fertiles ont un fort potentiel agricole, mais sont aussi des milieux propices aux habitats fauniques et floristiques.

Lutter contre les espèces végétales exotiques envahissantes dans les milieux naturels

Ces plantes exotiques (qui viennent d’ailleurs), introduites volontairement ou par mégarde, s’adaptent et colonisent de vastes milieux naturels et/ou espaces verts, pouvant ainsi dégrader l’habitat de nombreuses espèces indigènes du Québec. Plus précisément, elles remplacent des écosystèmes hétérogènes variés par des écosystèmes uniformes, moins accueillants pour la faune et la flore indigène. Au Québec, on retrouve plusieurs espèces comme la renouée du Japon, le roseau commun (ou phragmite), le nerprun bourdaine et cathartique, la salicaire pourpre, etc.

L’importance de la connectivité et le rôle des corridors écologiques

Avez-vous déjà entendu parler de la connectivité écologique? Il s’agit de connecter des habitats naturels ensemble en créant des corridors afin de faciliter le déplacement des populations d’espèces animales et végétales, leur permettant ainsi d’accomplir leur cycle de vie dans des conditions favorables.

Restauration d’habitats pour les tortues à l’Île Fryer

Depuis 2021, Nature-Action Québec travaille sur un projet de restauration et de bonification des habitats riverains et aquatiques de l’île Fryer, terrain protégé par Parcs Canada (Canal-de-Chambly). Le projet comprend l’aménagement de sites de ponte et de plateformes de thermorégulation pour les tortues, dont plusieurs sont en situation précaire.

Salamandre

Zoom sur les espèces en péril – La salamandre à quatre orteils

La salamandre à quatre orteils (Hemidactylium scutatum) peut mesurer jusqu’à 10 cm, du museau au bout de la queue. Elle est de couleur brun-rouge avec des flancs grisâtres et son ventre est blanc avec des points noirs définis. Comme son nom l’indique, l’espèce se distingue par ses pattes arrière qui possèdent quatre orteils plutôt que cinq (elle est la seule salamandre terrestre à présenter cette caractéristique). On l’identifie aussi par sa queue qui rétrécit à sa base ainsi que par ses yeux proéminents.

EquipeNAQ

L’intendance des milieux naturels : prendre soin des propriétés protégées

Chaque été, saison d’abondance et de croissance de la nature, Nature-Action Québec (NAQ) s’active sur le terrain et ce sont plusieurs employé(e)s qui fourmillent sur ses différentes propriétés protégées. Leur travail est essentiel afin d’assurer que ces milieux naturels conservent leur valeur écologique et soient préservés des menaces pour leur intégrité ou pour la biodiversité qu’ils abritent.