Connaissez-vous le nerprun ?

Le nerprun bourdaine et cathartique sont des petits arbustes pouvant atteindre près de 6 m de hauteur et qui produisent des petits fruits noirs. Ces deux espèces sont originaires d’Europe et ont été introduites pour des fins ornementales. Considérés comme de jolis arbustes décoratifs, ces espèces sont toutefois très envahissantes et nuisent aujourd’hui à la régénération de certains boisés au sud du Québec. 

Pourquoi sont-ils si envahissants ? 
Croissance très rapide;
S’implante dans une grande variété de milieux;
Grande production de fruits; 
Les graines peuvent survivre jusqu’à 3 ans dans le sol;
Taux de germination extrêmement élevé (plus de 90 %);
Les souches peuvent faire plusieurs rejets.
 
Un travail de longue haleine pour restaurer nos boisés ! 
Le contrôle du nerprun demande énormément d’effort. Une fois implanté dans un boisé, il  faut  retourner  année  après  année  arracher,  dès  le  printemps, les petits semis ainsi que les rejets de souche pour une période de 4 à 5 ans. De plus, afin d’éviter la dispersion,  l’élimination des arbres porteurs de fruits est indispensable. D’autres méthodes écologiques de contrôle sont présentement évaluées par Nature-Action Québec. L’organisme souhaite ainsi développer des moyens plus efficaces et moins coûteux pour restaurer ses milieux naturels aux prises avec cette problématique.
 
Des alternatives au nerprun
La dispersion du nerprun se fait principalement par les oiseaux qui mangent les fruits avec les graines et les dispersent par la suite dans les boisés. Même localisé dans un quartier résidentiel, la présence de cet arbuste peut constituer un potentiel de propagation. Il est important de bien s’informer auprès de son pépiniériste lors du choix des arbres et arbustes ornementaux intégrés à votre aménagement paysager. Plusieurs arbustes fruitiers indigènes (originaire du Québec) peuvent représenter de bonnes alternatives au nerprun tout en constituant une source de nourriture pour les oiseaux.
 
Soyez vigilant et aidez-nous à préserver nos boisés !